Harpagophytum : Bienfaits et Vertus

L’harpagophytum est une plante médicinale originaire du désert du Kalahari et de la Namibie. Appelé aussi griffe du diable, les guérisseurs africains d’antan gardaient jalousement son secret. Mais avec ses vertus incroyables, l’harpagophytum ne resta pas méconnu longtemps. Aujourd’hui, il rencontre un succès mondial grâce à ses multiples bienfaits, notamment sa capacité à soigner les inflammations articulaires. Zoom sur cette plante pas comme les autres qui sûrement vous sera d’une grande utilité.

Les origines de l’harpagophytum

kalahari_harpagophytum_natureAZ

L’harpagophytum appelé aussi racine de Windhoek nous vient d’Afrique du Sud. On le retrouve également en Afrique Centrale. Il appartient à la famille des Pedaliaceae qui sont des plantes affectionnant particulièrement les régions chaudes et arides, voire même désertiques. Son surnom, les « griffes du diable » lui vient de sa manie à s’accrocher aux pelages des animaux qui s’y frottent. D’ailleurs le mot vient du grec « harpagos » et « phyton », qui se traduisent chacun par grappin et plante.

L’harpagophytum dispose d’une racine principale et de plusieurs racines secondaires. Ces dernières, sous forme de gros tubercules, ont été les plus utilisées dans la médecine traditionnelle d’Afrique australe. Les Bushmen furent l’un des peuples à l’utiliser dans leur médecine traditionnelle. La plante arriva en Europe grâce à la colonisation. Curieux d’en apprendre un peu plus sur les vertus de cette plante, les Européens l’exportèrent. Elle fut alors étudiée de long en large à travers plusieurs siècles. En France, la première étude est publiée en 1992. Elle met en avant les propriétés anti-inflammatoires et antidouleur de la plante. D’autres études apporteront d’autres informations complémentaires sur ses nombreuses propriétés afférentes à la médecine. Le succès de l’harpagophytum est tel que son exportation se chiffre à plus de 1000 tonnes par an vers l’Occident.

Les bienfaits de l’harpagophytum procumbens

Un antidouleur et anti-inflammatoire sans pareil

crampe_sportif_natureAZ

Les griffes du diable sont d’efficaces anti-inflammatoires naturels. D’ailleurs, dans la médecine moderne, elle s’utilise surtout pour soulager les douleurs musculaires. Elle ne possède aucun équivalent à ce jour. C’est un traitement tout indiqué pour l’arthrose. L’harpagoside, l’un des principes actifs de la plante, baisse l’acidité dans le corps. Il purifie le sang, ce qui a pour effet d’amoindrir, voire éliminer les inflammations et les douleurs. Un traitement à base d’harpagophytum soigne le rhumatisme, les douleurs au niveau des articulations, les douleurs lombaires. Beaucoup de sportifs de haut niveau ont recours à cette plante pour les tendinites et les douleurs au niveau des articulations causées par l’effort intense. Les muscles récupèrent ainsi plus rapidement.

L’harpagophytum aide les fractures et les entorses à guérir plus vite, tout comme les ruptures de ligaments. Pour ce faire, on l’associe parfois à l’arnica. Il prévient également les crampes et offre aux articulations une meilleure souplesse et flexibilité.

Des propriétés détox

L’harpagophytum désacidifie le sang, comme il a été indiqué précédemment. En parallèle, il fluidifie la circulation sanguine dans le corps et la purifie. Une prise régulière d’un traitement à base de cette plante permet de drainer les métaux lourds hors de l’organisme, surtout lorsque les griffes du diable sont employées avec de la spiruline et de la chlorella.

Autres vertus médicinales de l’harpagophytum

L’harpagophytum s’utilise souvent pour résoudre les problèmes d’intoxication alimentaire et la dyspepsie. Il a une action diurétique sur l’organisme et facilite aussi la digestion. Il combat parfaitement certains troubles digestifs en atténuant les douleurs qui en résultent.

Dans la médecine traditionnelle, l’harpagophytum est parfois prescrite à la femme enceinte pour atténuer les douleurs lors de l’accouchement. On l’utilisait aussi comme antispasmodique.

Par ailleurs, on reconnaît plusieurs usages externes aux griffes du diable. Elles calmeraient les allergies et certaines irritations cutanées. Avec de l’aloe vera ou de la propolis, elle soigne les brûlures légères, l’eczéma, l’impétigo, les furoncles, l’acné en général.

Composition et posologie de l’harpagophytum

tisane_harpagophytum_natureAZ

Les griffes du diable se composent de plusieurs principes actifs. Les glucosides figurent parmi les plus connus d’entre eux. Ils regroupent des substances comme l’harpagide, l’harpagoside, le procumbide, etc. qui sont à l’origine de ses bienfaits anti-inflammatoire, analgésique et antispasmodique. Ensuite, l’harpagophytum possède aussi des flavonoïdes et des phytostérols. Ces derniers contribuent à renforcer ses effets anti-inflammatoires. Par ailleurs, les propriétés diurétiques de la plante proviennent des acides chlorogénique (retrouvé aussi dans le café vert) et cinnamique qu’elle contient. Ces substances appartiennent à la famille des phénols et lui confèrent sa saveur légèrement amère. L’harpagophytum embarque son lot de sels minéraux et de nutriments. Calcium, magnésium, potassium, cuivre… seront au rendez-vous avec des vitamines variées (B1, B2, B3, B12…). On y retrouve également un peu de bêta-carotène. Les proportions de ces principes actifs varient d’une plante à une autre, selon leur qualité.

L’harpagophytum existe sur le marché sous forme de gélules, de comprimés et de poudre. Sa posologie varie en fonction de la pathologie à traiter, mais en règle générale, les doses prescrites n’excèdent jamais les 2500 mg d’extrait par jour. Les capsules et les comprimés se prennent durant le repas.

Les magasins de produits naturels vendent parfois l’harpagophytum sous forme de teinture mère ou de macérats. Dans ce cas précis, la dose à prendre est de 1 ml de teinture avant chaque repas.

Plus rares, mais plus intéressantes, les racines séchées de griffe du diable se consomment également en tisane. La potion se composera d’une cuillère à café de poudre de racine d’harpagophytum et d’une tasse d’eau bouillante. L’idéal est de laisser reposer la préparation pendant 8 heures, avant de le consommer avant chaque repas.

Contre-indications et effets secondaires

L’harpagophytum ne se consomme pas durant la grossesse. Il est également déconseillé durant l’allaitement. Les enfants de bas âge (moins de 3 ans) ne devraient pas y avoir recours. Même si l’innocuité de la plante n’est pas scientifique démontrée, les griffes du diable restent sécuritaires et démocratisées. La preuve, on l’utilise de plus en plus à travers le monde. Cependant, à cause de ses principes actifs assez puissants, il convient de vérifier votre tolérance à la plante. En cas de doute, mieux vaut se tourner vers votre médecin traitant. Ses effets secondaires se déclenchent surtout en cas de surdosage. Les plus fréquents sont les brûlures d’estomac, quelques éruptions cutanées, une hypertension artérielle…

plante_médicinale_natureAZ

Association avec d’autres plantes

Pour améliorer les effets bénéfiques de l’harpagophytum, il est possible de l’utiliser avec d’autres plantes. Il possède une certaine synergie avec le gingembre, la reine des prés et la griffe de chat (uncaria tomentosa) lorsqu’il est employé comme anti-inflammatoire. Les sportifs apprécieront ses effets toniques avec la spiruline. Pour atténuer les crampes musculaires, il se couple parfaitement avec le lithothamne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Choix par catégorie