FRAIS DE PORT OFFERTS À PARTIR DE 25€ !

Le cannabis: bon ou mauvais pour le cerveau vieillissant?

Le cannabis: bon ou mauvais pour le cerveau vieillissant?_5f157aedd30c3.jpeg

Les avantages et les inconvénients potentiels pour la santé liés à la consommation de cannabis ont été un sujet controversé, avec des recherches qui peuvent être interprétées comme contradictoires offrant des points de vue différents sur la consommation de marijuana à travers une gamme de populations.

D’une part, vous avez des recherches qui suggèrent que la consommation prolongée de marijuana est similaire à un problème de santé mentale ou à une forte consommation d’alcool dans la façon dont elle vieillit votre cerveau. D’un autre côté, il y a un argument selon lequel chez les personnes âgées, la marijuana peut en fait aider le cerveau à mieux fonctionner.

La controverse

L’important ici est de se souvenir de l’âge de l’utilisateur de marijuana, car le tétrahydrocannabinol (THC) a des effets différents sur le cerveau d’une personne à l’autre.

Une étude notable qui s’appuyait fortement sur la technologie d’imagerie SPECT a analysé 62 454 numérisations SPECT de plus de 30 000 personnes dont l’âge variait de moins d’un an à 105 ans. Les images ont été utilisées pour déterminer les trajectoires de vieillissement dans le cerveau, l’idée étant qu’à un âge donné, votre cerveau doit avoir une apparence et un fonctionnement spécifiques à votre groupe d’âge.

La toxicomanie et les troubles mentaux peuvent accélérer le vieillissement du cerveau, entraînant une diminution des fonctions cognitives, un déclin de la mémoire et un risque accru de démence.

Les images SPECT ont aidé les chercheurs à observer le flux sanguin dans le cerveau et à comparer ce qu’ils ont vu à l’âge chronologique réel du cerveau. Grâce à cela, ils ont fait valoir qu’ils pouvaient établir un «âge estimé du cerveau».

En surface, cela a du sens puisque le flux sanguin dans le cerveau change avec l’âge. Pour cette raison, les chercheurs ont fait valoir qu’il s’agit d’un biomarqueur prévisible de l’âge.

De ces conditions considérées, la schizophrénie a eu le plus grand effet de vieillissement sur le cerveau avec une moyenne de quatre ans de vieillissement prématuré. L’abus de cannabis était le suivant sur la liste avec 2,8 ans, suivi par le trouble bipolaire (1,6 an), le TDAH (1,4 an) et l’abus d’alcool (0,6 an).

Le problème est que cela se heurte à d’autres recherches, en particulier une étude qui montre que la marijuana peut avoir des effets positifs sur le stress oxydatif et la neuroinflammation liés à des conditions telles que la maladie d’Alzheimer et la démence.

Les données d’études animales montrent que les composants du cannabis peuvent en fait être neuroprotecteurs et pourraient conduire à de nouvelles méthodes pour lutter contre le processus de vieillissement dans le cerveau.

De plus, la façon dont les images SPECT ont été utilisées est controversée, car un grand pourcentage de psychiatres n’approuvent pas son utilisation pour identifier ou diagnostiquer les troubles mentaux.

Les faits

Bien qu’il ait été démontré que la marijuana a des usages médicinaux valables, son impact sur le cerveau des sujets plus jeunes a été bien documenté. En particulier, une étude a montré que les consommateurs fréquents de marijuana avaient un QI plus bas et des niveaux inférieurs de matière grise (qui contient les corps cellulaires neuronaux du cerveau) dans le cortex orbitofrontal, une zone du cerveau fortement impliquée dans la prise de décision et le processus cognitif.

Bien que d’autres études soient nécessaires, il semble que le cannabis ait des effets négatifs sur le cerveau des jeunes. Cependant, des recherches suggèrent que chez les personnes âgées, cela pourrait faire le contraire. Le THC sur les souris âgées a en fait amélioré les performances cognitives.

Une étude de l’Université de Bonn en Allemagne a administré du THC sur des souris âgées et a révélé qu’il améliorait en fait les performances cognitives. Donnant de faibles doses de THC à des souris jeunes, matures et âgées, les chercheurs ont observé le comportement de chaque groupe contre les souris qui ne l’ont pas reçu, notant que les jeunes souris qui ont reçu du THC ont obtenu de plus mauvais résultats aux tests comportementaux de mémoire et d’apprentissage comme prévu.

Sans THC, les souris matures et âgées ont obtenu de mauvais résultats aux tests. Mais une fois que les animaux âgés ont reçu du THC, leurs performances se sont améliorées à tel point qu’ils ressemblaient davantage aux jeunes souris non traitées.

En examinant le cerveau de souris plus âgées qui ont reçu du THC à la recherche d’une explication, les chercheurs ont noté que les neurones de l’hippocampe avaient germé plus de connexions synaptiques, un élément essentiel de la communication entre les neurones. De plus, l’expression des gènes dans cette zone du cerveau était radicalement différente de celle des souris âgées non traitées.

Les résultats sont intrigants pour les chercheurs car ils semblent suggérer la possibilité que les cannabinoïdes tels que le THC puissent avoir des effets anti-âge sur le cerveau. Les composés ont un effet similaire aux cannabinoïdes endogènes du cerveau, qui activent des récepteurs dans le cerveau qui modulent l’activité neuronale. Mais pourquoi cela fait-il que les cerveaux âgés agissent comme s’ils étaient plus jeunes?

La réponse peut résider dans le développement du système endocannabinoïde du cerveau, qui se développe progressivement pendant l’enfance et connaît ensuite un boom pendant l’adolescence dans l’activité de ses enzymes et récepteurs. Mais avec l’âge, le système connaît un déclin constant. Par conséquent, l’introduction de cannabinoïdes plus tard dans la vie peut en fait mettre notre cerveau dans un état similaire à celui de notre jeunesse.

En fin de compte, davantage de recherches sur tous ces aspects de l’utilisation du THC doivent être étudiées plus profondément. Alors que la science découvre plus de connaissances sur le sujet, il y aura probablement de nouvelles découvertes en termes d’effets secondaires et de conséquences d’une consommation prolongée de marijuana. Alors peut-être que la meilleure approche de la marijuana thérapeutique pour ceux qui souhaitent l’utiliser est toujours le vieil adage: «toutes choses avec modération».

Législation française sur la marijuana thérapeutique

Comme nous l’avons déjà évoqué dans un autre article, la législation française dépend du cannabinoïde utilisé. Le CBD étant toléré, le THC étant interdit.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *