FRAIS DE PORT OFFERTS À PARTIR DE 25€ !

Ralentissez le vieillissement cognitif et réduisez le risque d’Alzheimer avec le régime MIND

Régime MIND

Il est bien établi que l’alimentation a des implications majeures sur la cognition. Naturellement, cette compréhension a conduit les chercheurs à développer des plans d’alimentation visant à soutenir la santé cognitive grâce à de saines habitudes alimentaires. Un tel exemple vient de la création du régime MIND.

Abrégé de l’intervention méditerranéenne pour le retard neurodégénératif, le régime MIND est essentiellement une combinaison d’un régime méditerranéen et du régime DASH (approches diététiques pour arrêter l’hypertension). Développés à l’origine pour améliorer la santé cardiovasculaire, les régimes sont également bien connus pour leur capacité à abaisser la tension artérielle et à réduire le risque de développer un diabète ou une maladie cardiaque.

Que contient le régime MIND?

Combinant les régimes Dash et méditerranéens, MIND met l’accent sur certains aliments que vous soupçonnez être inclus dans un plan nutritionnel sain. Légumes, baies, noix, graines entières, poissone, huile d’olive, haricots et avec une bonne dose de modération, même un verre de vin fait son apparition sur la liste

La mission du régime MIND pour améliorer la santé cardiovasculaire comprend une portion importante d’aliments sains pour le cerveau.

Le régime alimentaire nécessite de manger une salade, de prendre au moins 3 portions de graines entières et de prendre une collation qui comprend des noix chaque jour. Les haricots sont obligatoires tous les deux jours, tandis que la volaille et les baies le sont deux fois par semaine et le poisson doit être consommé au moins une fois par semaine. Bien que le beurre ne soit pas recommandé, MIND permet un peu moins d’une cuillère à soupe par jour.

Régime MIND et Cognition : Maladie d’Alzheimer

Comme le dit le vieil adage, ce qui est bon pour le cœur est bon pour le cerveau. La mission du régime MIND pour améliorer la santé cardiovasculaire comprend une portion importante d’aliments sains pour le cerveau. Mais les chercheurs ont vérifié l’effet de cette approche nutritionnelle sur le cerveau.

Une étude du Rush Memory and Aging Project publiée dans Alzheimer’s and Dementia, a utilisé des tests cognitifs annuels pour examiner le déclin de 960 personnes âgées sur une période de cinq ans. Les résultats ont montré que plus une personne suit de près le régime MIND, plus le déclin cognitif se produit lentement. En fin de compte, les auteurs de l’étude ont déterminé que les résultats étaient équivalents au fonctionnement cérébral de la personne plus jeune de sept ans.

Parmi les domaines de la performance cérébrale affectés par le non-respect du régime figuraient la mémoire et la vitesse du cerveau.

Une étude connexe de Rush publiée dans le même journal a examiné l’impact du régime MIND ainsi que les deux régimes dont il découle. Il a examiné les examens de l’état mental, et un questionnaire de fréquence alimentaire.

En examinant plus de 900 participants issus de communautés de retraités et de centres de logements sociaux pour personnes âgées sur une période moyenne de 4,5 ans, l’étude a conclu que le simple respect du régime MIND avait des avantages substantiels pour la prévention de la maladie d’Alzheimer. En revanche, seul le strict respect des régimes DASH et méditerranéen était associé à des résultats similaires.

Un certain nombre d’études ont été présentées lors de conférences de recherche sur la maladie d’Alzheimer qui montrent l’impact de l’alimentation sur le développement de la maladie. Une étude australienne a suivi 1 220 adultes âgés de 60 ans et plus sur une période de 12 ans. Ceux qui suivaient le régime MIND avaient une réduction de 19% des chances de développer une déficience cognitive légère ou une démence. Dans cette étude, le régime méditerranéen n’a pas eu les mêmes résultats.

Bien qu’il existe d’autres facteurs en jeu pour déterminer le risque de développer des conditions neurodégénératives telles que la génétique, l’environnement et le stress, le régime alimentaire est l’un des éléments les plus contrôlables qui contribue au développement de la maladie.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *