FRAIS DE PORT OFFERTS À PARTIR DE 39€ !

Echinacea : bienfaits et vertus

echinacea_purpurea_natureAZ

Avez-vous déjà entendu parler de l’echinacea, cette plante qui autrefois fut très populaire en tant que remède contre le rhume ? Eh bien, aujourd’hui, elle revient sur le devant de la scène avec encore plus de propriétés médicinales. Les récentes recherches scientifiques à son sujet ont révélé d’autres bienfaits qu’elle pourrait apporter à notre santé. Une mise à jour s’impose…

Les origines de l’echinacea

echinacea_natureAZ

Echinacea désigne une famille de plantes issues des astéracées. Elle regroupe plusieurs sous-espaces dont l’echinacea purpurea. Il s’agit en l’occurrence de l’espèce qui nous intéresse le plus, car elle est la plus utilisée en phytothérapie. L’ensemble des échinacées tirent leurs racines d’Amérique du Nord. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la plante fait partie de la médecine ancestrale amérindienne.

On retrace les premiers usages de l’échinacée vers le XVIIe siècle. Les Indiens établis dans les grandes prairies de la région orientale des Rocheuses utilisaient la plante pour traiter de nombreuses pathologies. Ils soignaient entre autres les infections respiratoires, le mal de gorge et les morsures de serpents. Des archéologues rapportent que les Sioux utilisaient des semences d’echinacea, comme d’autres tribus à l’instar des Cheyennes et des Comanches.

Les Européens l’employaient également à des fins thérapeutiques. Certains faisaient profiter des vertus médicinales de la plante à leurs bétails. La plante s’intègre ainsi dans la médecine éclectique et dans la médecine standard en devenant un ingrédient pharmaceutique dans le formulaire national américain (1916 – 1950). Malheureusement, victime de la banalisation des antibiotiques, l’échinacée perd de sa superbe aux yeux du monde. Elle ne ressuscita l’intérêt que vers la fin du XXe siècle. Toutefois, la première étude scientifique la concernant a été menée en 1938, en Allemagne. Grâce aux travaux du médecin allemand Gerhard Madaus, la plante gagne en popularité dans son pays si bien que la quantité importée ne suffit pas à combler les besoins en échinacée. Il sera alors à l’origine des premières cultures à grande échelle de la plante en Europe. Aux États-Unis, l’échinacée redevient populaire surtout à cause de la résistance des micro-organismes face aux antibiotiques.

Les bienfaits de l’echinacea

Un potentiel anti-cancer

De nombreuses études sur l’échinacée concluent que la plante réduirait les risques de développer le cancer du cerveau. Les résultats ont été corrélés par le National Institute of Health et précisent que cette vertu viendrait de ses substances phytochimiques. Par ailleurs, cette recherche montre que ces produits phytochimiques ne se trouveraient que dans cette plante. On couple habituellement l’echinacea avec un traitement conventionnel pour obtenir une meilleure et rapide rémission.

Un boost pour le système immunitaire

Des recherches réalisées par l’Université du Connecticut a mis en évidence que l’échinacée améliore nos défenses immunitaires. Elle stimulerait notre organisme pour mieux combattre de nombreuses maladies hivernales comme la toux, le rhume, etc. Selon une estimation, elle réduit les risques de contracter un rhume à plus de 55 %. Une autre étude parue dans Hindawi souligne l’efficacité de la plante contre les rhumes viraux.

echinacea_fleur-natureAZ

Excellente plante pour la peau

De nombreuses tribus amérindiennes utilisaient traditionnellement l’échinacée pour soigner les problèmes de peau. En effet, elles avaient remarqué que la plante possédait de nombreuses propriétés cosmétiques et thérapeutiques. Ce n’est que plus que des études scientifiques confirment cette information, notamment grâce aux recherches d’un certain docteur Armando Gonzalez. Il prouva que l’echinacea pouvait soulager l’eczéma, le psoriasis ainsi que diverses infections de la peau. Elle aiderait également la peau à mieux cicatriser.

Une solution contre les problèmes respiratoires et autres infections

Autre fait intéressant résultant des vertus immunostimulantes de l’échinacée et de ses propriétés anti-inflammatoires, la plante serait très efficace pour venir à bout de certains troubles respiratoires, ou du moins leurs symptômes. Elle soulage la sinusite, le rhume, les angines. Dans une certaine mesure, l’echinacea traite la tuberculose.

En général, on sait que cette plante combat efficacement toutes sortes d’infection. Il n’est pas rare que l’on couple la consommation d’échinacée avec un traitement médicamenteux pour réduire les risques d’infections vaginales (herpès, syphilis, etc.).

Elle se montre donc comme un remède naturel intéressant pour les infections respiratoires ou urinaires.

Pour un usage laxatif

L’échinacea contribue à une meilleure santé gastro-intestinale. D’après une publication du Dr. Ed Altat, elle jouerait le rôle d’un laxatif doux pour mieux soulager les personnes constipées. Elle se montre également efficace contre constipation chronique, en suivant une posologie précise d’une tasse de tisane quotidienne.

Pour une meilleure santé psychique

De nombreux herboristes recommandent la consommation d’échinacée pour diminuer les troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité. Elle aiderait les personnes qui souffrent à mieux gérer l’anxiété. On remarque une baisse notable de la dépression après une consommation régulière. À noter qu’une variété spécifique se montre plus efficace pour ce type de trouble : l’echinacea angustifolia.

Composition et posologie de l’echinacea

Les principales substances actives de l’echinacea sont des alkylamides. Elle doit une grande majorité de ses vertus à ces composés qui en plus d’être immunostimulants améliorent la circulation du sang dans l’organisme. On retrouve également de sa composition des polysaccharides complexes et plusieurs composés phénoliques. D’autres excipients notables complètent la liste des principes actifs de l’échinacée : des acides gras, des alcaloïdes indolizidiniques, etc.

échinacée_natureAZ

Si autrefois, on consommait essentiellement le rhizome de l’echinacea, aujourd’hui elle est disponible sous forme liquide et sous forme de comprimés. Bien évidemment, mieux vaut toujours employer la plante au naturel pour obtenir des résultats rapides, avec moins d’effets secondaires. L’echinacea purpura se consomme donc en tant que tisane, à raison d’une tasse par jour, pendant 2 mois. Aucune posologie standard n’est définie pour les comprimés d’échinacée. C’est pourquoi il est conseillé de se tourner un médecin qui sera à même de fournir une consultation personnalisée.

Contre-indications et effets secondaires

En suivant les doses prescrites par un médecin, l’echinacea ne présente aucun effet indésirable. Les rares effets secondaires résultent d’allergie à la plante ou bien d’un surdosage. Des troubles digestifs légers peuvent survenir après sa consommation. Elle est tout à fait sécuritaire même pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Association avec d’autres plantes

Afin de renforcer les effets thérapeutiques de l’échinacée, il est possible de combiner sa consommation avec d’autres plantes comme le ganoderma ou le ginseng.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *