FRAIS DE PORT OFFERTS À PARTIR DE 25€ !
echinacee

Echinacée

Echinacea angustifolia et Echinacea pallida

Fiche de synthèse :

  • Rudbeckia pourpre, marguerite pourpre, echinacea
  • Echinacea angustifolia et Echinacea pallida
  • Astéracées
  • Plaines d'Amérique du Nord, désormais cultivée en Europe
  • Racines séchées
  • Stimulerait le système immunitaire, accompagnerait la chimiothérapie,aurait des propriétés anti-inflammatoires et antiseptiques

Présentation de l'échinacée

L’échinacée est une plante à tige simple ou plus rarement ramifiée pouvant atteindre 60 cm de hauteur. Ses feuilles sont oblongues à poils rugueux. Cette plante ornementale est retrouvée à l’état sauvage dans les plaines d’Amérique du Nord. Elle est désormais aussi cultivée en Europe.

Les pétales peuvent être roses ou violets, selon les espèces. Il existe neuf types d’ échinacée couramment reconnus , dont trois sont des plantes médicinales:

  • E. angustifolia , qui a des pétales étroits
  • E. pallida , qui a des pétales pâles
  • E. purpurea , qui a des pétales violets

L’échinacée est une plante qui appartient à la famille des astéracées, c’est-à-dire à la celle des marguerites. Les échinacées sont transformées pour fabriquer des médicaments à partir de leurs feuilles, leurs fleurs et leurs racines. Initialement elles étaient utilisées dans les remèdes traditionnels à base de plantes par les tribus indiennes des Grandes Plaines d’Amérique du Nord. Plus tard, les colons ont suivi l’exemple des Indiens et ont également commencé à les utiliser à des fins médicinales. Pendant un certain temps, l’échinacée a bénéficié d’un statut officiel en raison de son inscription au Formulaire national américain de 1916 à 1950. Cependant, l’utilisation de l’échinacée est tombée en disgrâce aux États-Unis avec la découverte d’antibiotiques.

Les plantes d’échinacée contiennent une variété impressionnante de composés actifs, tels que l’acide caféique, les alcamides, les acides phénoliques, l’acide rosmarinique, les polyacétylènes et bien d’autres.

Cette plante est le plus couramment utilisée pour le rhume ,la réduction de l’inflammation , l’amélioration de l’immunité et la baisse du taux de sucre dans le sang. Les produits disponibles dans le commerce se présentent sous de nombreuses formes, notamment les comprimés, les jus et le thé.

Bienfaits et vertus

  • Stimulerait le système immunitaire

 

L’échinacée est surtout connue pour ses effets bénéfiques sur le système immunitaire.

De nombreuses études soutiennent que cette plante pourrait aider le système immunitaire à combattre les infections et les virus. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’échinacée est souvent utilisée pour prévenir ou traiter le rhume.

Une revue de 14 études a révélé que la prise d’échinacée pourrait réduire de plus de 50%  le  risque de développer un rhume et raccourcirait sa durée d’un jour et demi. Cependant, de nombreuses recherches ne montrent aucun bénéfice réel. Il est donc difficile de savoir si les avantages sur le rhume proviennent de la seule  prise d’échinacée.

En somme, si l’échinacée pourrait renforcer l’immunité ses effets sur le rhume ne peuvent pas encore être affirmés avec certitude.

 

  • Pourrait abaisser les niveaux de sucre dans le sang

 

Une glycémie élevée peut augmenter le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’autres maladies chroniques.

Des études sur des éprouvettes ont montré que les  échinacées pourraient aider à abaisser la glycémie. En effet,un extrait d’ Echinacea purpurea a été utilisé pour supprimer les enzymes qui digèrent les glucides. Dans le cas du diabète de type 2 ,la lipase hormono-sensible (LHS) est une enzyme qui transforme les graisses en acides gras et les libèrent dans la circulation sanguine. Chez les patients obèses, ces acides gras déclenchent une résistance progressive à l’insuline à l’origine du diabète de type 2. L’échinacée viendrait diminuer le taux de LHS et induirait donc une diminution de la libération d’acides gras dans le sang.

D’autres études sur des éprouvettes ont montré que les extraits d’échinacée rendraient les cellules plus sensibles aux effets de l’insuline en activant le récepteur PPAR-y, une cible courante des médicaments contre le diabète. Ce récepteur particulier agit en éliminant l’excès de graisse dans le sang, facteur de risque de résistance à l’insuline. Cela permet aux cellules de répondre plus facilement à l’insuline et au sucre.

Cependant, la recherche humaine sur les effets de l’échinacée sur la glycémie fait encore défaut.

 

  • Pourrait réduire la sensation d’anxiété

 

Ces dernières années, les plantes d’échinacée sont apparues comme une aide potentielle à l’anxiété. La recherche a découvert qu’elles contiennent certaines molécules telles que les alcamides, l’acide rosmarinique et l’acide caféique, des composés qui peuvent réduire s’avérer utiles en cas de stress ou d’angoisse.

Dans une étude sur la souris, trois échantillons d’échinacée sur cinq ont contribué àréduire l’anxiété. De plus, ils n’ont pas rendu les souris moins actives, contrairement aux traitements standards .

Cependant, à l’heure actuelle, il n’existe qu’une poignée d’études sur cet effet de l’échinacée. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires avant que cette plante puisse être recommandée pour combattre les états anxieux.

 

  • Aurait des propriétés anti-inflammatoires

L’inflammation est le moyen naturel de votre corps de se défendre avant d’entamer un processus de guérison.

Mais parfois, l’inflammation peut devenir incontrôlable et durer plus longtemps que prévu. Cela peut augmenter votre risque de maladies chroniques et d’autres problèmes de santé. Plusieurs études ont montré que l’échinacée pourrait aider à réduire l’inflammation excessive.

Dans une étude sur la souris, les composés d’échinacée ont aidé à réduire les marqueurs inflammatoires importants et la perte de mémoire causée par l’inflammation. Dans une autre étude de 30 jours, des adultes souffrant d’arthrose ont constaté que la prise d’un complément contenant de l’extrait d’échinacée réduisait considérablement l’inflammation, la douleur chronique et l’enflure.

D’ailleurs ces adultes n’ont pas bien répondu aux médicaments inflammatoires non stéroïdiens conventionnels (AINS), mais ont trouvé le complément contenant l’extrait d’échinacée utile.

 

  • Pourrait aider à traiter les problèmes de peau

 

La recherche a montré que l’échinacée pourrait aider à traiter les problèmes de peau courants.

Dans une étude en tube à essai, les scientifiques ont découvert que les propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes de l’échinacée supprimeraient la croissance de la bactérie Propionibacterium , une cause fréquente d’acné.

Dans une autre étude menée auprès de 10 personnes en bonne santé âgées de 25 à 40 ans, des produits de soin de la peau contenant de l’extrait d’échinacée amélioreraient l’hydratation de la peau et réduiraient les rides.

De même, il a été démontré qu’une crème contenant de l’ extrait d’ échinacée purpurea améliorerait les symptômes de l’eczéma et aiderait à réparer la fine couche externe protectrice de la peau.

Cependant, l’extrait d’échinacée semble avoir une courte durée de conservation, ce qui le rend difficile à incorporer dans les produits commerciaux de soins de la peau.

 

  • Soutiendrait les traitements contre le cancer

 

Le cancer est une maladie qui implique la croissance incontrôlée des cellules.

Des études sur des éprouvettes ont montré que les extraits d’échinacée pourraient aider à réguler la croissance des cellules cancéreuses et même déclencher leur mort. En effet,un extrait d’ échinacée purpurea et d’acide chicorique (naturellement présent dans les plantes d’échinacée) s’est avéré déclencher la mort des cellules cancéreuses. Dans une autre étude sur des éprouvettes, des extraits de plantes d’échinacée ( Echinacea purpurea, Echinacea angustifolia et Echinacea pallida ) ont tué les cellules cancéreuses humaines du pancréas et du côlon en stimulant un processus appelé apoptose ou mort cellulaire contrôlée.

On craignait que l’échinacée puisse interagir avec les traitements anticancéreux conventionnels, tels que la doxorubicine, mais des études plus récentes n’ont trouvé aucune interaction.

Cela étant dit, davantage d’études humaines sont nécessaires avant de faire des recommandations d’échinacée en complément des traitements anti-cancéreux.

Mécanisme d'action de l'échinacée

Lors d’une infection par un virus, le système immunitaire va recruter ses globules blancs qui vont eux-mêmes générer la réponse des cytokines pro-inflammatoires (les interleukines IL-1 bêta, IL-6, IL-8 et le TNF-alpha) .

Il s’agit de ce mécanisme qui va conduire aux symptômes tels que la toux, le mal de gorge, les maux de tête, la congestion et l’écoulement nasal…
L’échinacée quant à elle pourrait moduler la réponse immunitaire en diminuant l’expression des cytokines pro- inflammatoires . Par ailleurs, elle augmenterait l’expression des cytokines antivirales et anti-inflammatoires qui favorisent une réponse asymptomatique à l’infection. Ainsi, elle favoriserait la capacité du système immunitaire à se défendre contre les virus et autres intrus tout en réduisant les symptômes.

Enfin, l’échinacée aurait aussi la capacité de s’attaquer directement aux virus et aux bactéries. Lors de son administration in vitro aux virus influenza (H5N1, H7N7 et H1N1) , aux rhinovirus 1A & 14, au virus syncytial respiratoire et aux adénovirus types 3 & 11, leur propagation aurait été inhibée. En ce qui concerne les bactéries, elle serait relativement efficace pour lutter contre celles responsables d’infections respiratoires, notamment les streptocoques du groupe A (responsables de pharyngites), l’hemophilus influenzae et la Legionella pneumophila.

Posologie et Dosage

Pour soutenir le système immunitaire, il est conseillé de prendre en usage interne, sous la forme souhaitée suivante:

  • EXTRAIT SEC: 300 à 500 mg d’ Echinacea purpurea , trois fois par jour
  • TISANE : 1 cuillerée à café de racines par tasse d’eau. Faire bouillir 5 minutes, laisser infuser 10 minutes. Boire 2 à 4 tasses par jour. En dehors des repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
  • TEINTURE : 30 gouttes dans un verre d’eau, 3 à 4 fois par jour. En dehors des repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
  • GÉLULES: 2 gélules matin, midi et soir. En dehors des repas, jusqu’à amélioration des symptômes.

En usage externe pour les abcès, les furoncles, l’herpès,l’ulcère variqueux, la dermite :

  • TISANE : 1 cuillerée à café de racines par tasse d’eau. Faire bouillir 5 minutes, laisser infuser 10 minutes. Boire 2 à 4 tasses par jour. En dehors des repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
  • LOTION: Lotionner ou faire des compresse avec la décoction 1 à 2 fois par jour sur les parties à traiter, jusqu’à amélioration des symptômes

 

Grossesse et allaitement : la prise d’échinacée pendant la grossesse n’est pas considérée comme dangereuse, il en est de même pour l’allaitement. En cas de doute, il est préférable de consulter un médecin.

Chez l’enfant, la prise d’echinacée n’est pas déconseillée mais il est préférable de s’adresser à un médecin.

Il est recommandé de ne pas utiliser en cas de maladies évolutives comme la tuberculose, la leucose, la collagénose, la sclérose multiple, le sida et d’autres maladies auto-immunes car cette plante aurait des effets immuno-stimulants.

Les effets indésirables

Les effets indésirables après la consommation d’échinacée ou de produits contenant de l’échinacée sont rares.

Cependant certains ont pu être signalés, notamment, des éruptions cutanées, de l’urticaire, des gonflements, des douleurs d’estomac, des nausées et de l’essoufflement.

Il est important de noter que ces effets secondaires sont plus fréquents chez les personnes allergiques à d’autres fleurs, telles que les marguerites, les chrysanthèmes, les soucis, l’ambroisie…

Comme l’échinacée semble stimuler le système immunitaire, les personnes atteintes de maladies auto-immunes ou les personnes prenant des médicaments immunosuppresseurs devraient l’éviter ou consulter d’abord leur médecin.

 

Les interactions médicamenteuses

La prise de compléments d’échinacée peut interagir avec divers substances.

  • La caféine

L’échinacée peut réduire la vitesse à laquelle le corps décompose la caféine. Allier ces deux substances peut contribuer à l’augmentation du taux de caféine dans le sang et provoquer de la nervosité, des maux de tête et une accélération du rythme cardiaque.

 

  • Certains médicaments
    L’échinacée peut changer la façon dont le corps décompose certains médicaments.. Avant de prendre l’échinacée, parlez à votre médecin.
    La lovastatine (Mevacor), la clarithromycine (Biaxin), la cyclosporine (Neoral, Sandimmune), le diltiazem (Cardizem), les œstrogènes, l’indinavir (Crixivan), le triazolam (Halcion) sont sensibles  à la prise d’échinacée.
  • Les médicaments modifiés par le foie
    Certains médicaments sont modifiés et dégradés par le foie. L’échinacée peut diminuer la vitesse à laquelle il les décompose. Avant de prendre l’échinacée, discutez en avec votre médecin santé si vous prenez  ce type de médicaments..
    Certains des médicaments modifiés par le foie comprennent la clozapine (Clozaril), la cyclobenzaprine (Flexeril), la fluvoxamine (Luvox), l’halopéridol (Haldol), l’imipramine (Tofranil), la mexilétine (Mexitil), l’olanzapine (Zyprexa), la pentazocine (Talwin) , propranolol (Inderal), tacrine (Cognex), théophylline, zileuton (Zyflo), zolmitriptan (Zomig)…
  • Les immunosuppresseursL’échinacée peut augmenter l’efficacité du système immunitaire. La prise d’échinacée avec certains médicaments qui régulent l’action du  système immunitaire peut donc diminuer leur rôle.
    Les médciaments suivants appartiennent à la famille des immunosuppresseurs: l’azathioprine (Imuran), le basiliximab (Simulect), la cyclosporine (Neoral, Sandimmune), le daclizumab (Zenapax), le muromonab-CD3 (OKT3, Orthoclone OKT3), le mycophénolate (CellCept), le tacrolimus (FK506, Prografraf) ), sirolimus (Rapamune), la prednisone (Deltasone, Orasone) et les corticostéroïdes.