FRAIS DE PORT OFFERTS À PARTIR DE 25€ !

Algodystrophie

L’algodystrophie diffère d’une personne à l’autre, mais 90% des personnes ont subi une blessure ou un traumatisme déclencheur. Il y a environ 50 000 personnes atteintes d’algodystrophie en souffrance en France. L’algodystrophie, également connue sous le nom de syndrome de douleur régionale complexe (SDRC) et de syndrome de dystrophie sympathique réflexe, est une affection chronique où des niveaux élevés d’impulsions nerveuses sont envoyés vers un site affecté. 75% des patients atteints d’algodystrophie sont des femmes. Cette pathologie peut être atténuée en soulageant la douleur en période de fortes douleurs à l’aide de traitements naturels et de plantes.

 

Les symptômes de l'algodystrophie

L’algodystrophie est suspectée en cas de douleurs articulaires et osseuses spontanées, d’intensité variable et, surtout, intermittentes, accompagnées de manifestations inflammatoires plus ou moins
prononcées. Ces douleurs peuvent devenir très importantes et limiter considérablement la mobilité
de la personne touchée, en raison de l’atrophie progressive des muscles.
L’algodystrophie concerne surtout les femmes, mais peut aussi toucher les hommes et les enfants. Dans 60 % des cas, elle touche les épaules et les mains.

Dans la première phase, dite « chaude », des sensations de brûlure, d’élancement et de fourmillements apparaissent. Ces douleurs peuvent être lancinantes et devenir très vite insupportables, surtout la nuit. Une seconde phase, appelée « froide », provoque une rétraction des muscles et des tendons.

En règle générale, l’algodystrophie dure entre 8 et 12 mois avant de guérir de façon spontanée ou avec l’aide d’un traitement.

Les causes de l'algodystrophie

L’algodystrophie est une pathologie dont les causes restent assez mystérieuses. Selon la théorie de Langley, elle serait déclenchée par une inversion de la conduction de l’influx nerveux, s’accompagnant d’une intensification de la perception douloureuse.

Plusieurs origines sont évoquées, en fonction des cas: un traumatisme violent, comme une fracture, une immobilisation forcée, comme un plâtre ou une attelle, peuvent être à l’origine de cette pathologie. Des études suggèrent que le syndrome peut être provoqué par un déclenchement anormal de la réponse immunitaire, ce qui entraîne des symptômes inflammatoires. Il existe deux types : CRPS-I et CRPS-II. Le type I affecte les individus sans lésion nerveuse confirmée, tandis que le type II, précédemment connu sous le nom de causalgie, est diagnostiqué chez les patients qui ont subi une lésion nerveuse confirmée, une intervention chirurgicale, un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque.

Elle pourrait survenir aussi à la suite d’un dérèglement du fonctionnement des artères, du système lymphatique ou des veines – voire des trois en même temps -, ou encore avoir des causes cérébrales, liées au dysfonctionnement du système nerveux végétatif sympathique. La déminéralisation osseuse est également mise en cause dans certains cas. La présence de petites poches de sang à l’intérieur des os, qui gomment peu la structure interne du tissu osseux, peut aussi faire démarrer la maladie.

Enfin, certaines pathologies rhumatologiques, comme l’arthrite, disposent plus que d’autres à la survenue de l’algodystrophie.

Alimentation et hygiène de vie à adopter pour soigner l'algodystrophie

Par précaution et pour éviter les intolérances, supprimer ou diminuer les laitages (contenant du lactose et de la caséine), ainsi que le gluten. Modérer la consommation de sucres raffinés, qui augmentent l’acidité de l’organisme, et donc les inflammations, et privilégier les fruits et les légumes frais.

L’activité physique stimule la circulation du sang, augmente les combustions et facilite l’accès et la fixation de l’oxygène sur les tissus. Les exercices doivent être doux pendant ces périodes douloureuses: la marche, le cyclisme, la natation, la gymnastique douce sont des choix judicieux.

Traitements et soins naturels pour soigner l'algodystrophie

Usage interne

  • Pour soulager la douleur : 

Mélange de poudre de plantes : Harpagophyton, ortie piquante, et prêle : délayer 1 cuillerée à café rase de chaque poudre dans un peu d’eau. Boire ce mélange matin et soir, 3 semaines par mois en période douloureuse.

  • Pour stimuler la circulation sanguine :

Plantes médicinales à prendre en tisane : Achillée (sommités fleuries), cyprès (noix), hamamélis (feuilles), petit houx (racines), vigne rouge (feuilles) : mélanger 10 g de chaque plante. Prendre 4 cuillerées à soupe du mélange de plante par litre d’eau, faire bouillir pendant 3 min, laisser infuser 10 min. Boire le litre dans la journée, 3 semaines par mois. Éviter toutefois d’en boire pendant les règles.

  • Pour rétablir l’équilibre acido-basique et régénérer l’organisme : 

Mélange de poudre de plantes : Orge commune : délayer 1 cuillerée à café rase de poudre dans un peu d’eau ; boire cette préparation matin et soir, sur une durée de 3 semaines par mois. Ou bien Dolomite + lithotame : mélanger 1 cuillerée à café rase de chaque poudre dans un peu d’eau ; en prendre matin et soir, 20 jours par mois.

  • Pour apaiser en période de forte douleur : 

Prendre de l’aubépine et de la valériane en comprimés pour calmer la douleur. Et prendre aussi de l’huile de CBD pour calmer l’inflammation et les douleurs.

 

Usage Externe

  • Pour apaiser en période de forte douleur :

Faites des massages à l’huiles essentielles de cyprès, de gaulthérie, de genévrier, de lavande, de romarin : mélanger 50 gouttes de chaque huile essentielle dans 100 ml d’huile de pépins de raisin. Appliquer ce mélange en massage sur les parties douloureuses en fonction des besoins.

Faites des bains avec des huiles essentielles de genévrier, romarin : mélanger 10 gouttes de chaque huile essentielle avec 200 g de sel marin. Verser le mélange dans l’eau du bain. Celle-ci doit être chauffée à 34 °C pour permettre la dilatation des pores et pour faciliter le passage des éléments actifs dans le corps. La chaleur permet aussi aux muscles de mieux travailler. Durée du bain : 15 min (à renouveler tous les jours en fonction des douleurs). Renouveler ce traitement jusqu’à amélioration des symptômes.