FRAIS DE PORT OFFERTS À PARTIR DE 25€ !
Eleutherocoque ginseng sibérien

Éleuthérocoque

Eleutherococcus senticosus

Fiche de synthèse :

  • éleuthérocoque, ginseng de Sibérie, buisson du diable
  • Eleutherococcus senticosus
  • Famille des araliacées
  • Originaire d'Asie du Nord-Est, de Sibérie orientale en particulier, elle pousse à l'est du Japon, en Corée du Sud et en Chine du Nord.
  • Les racines séchées, en poudre, en teinture ou en gélules.
  • Effet adaptogène, plante anti-stress par excellence.

Description et Origine de l'éleuthérocoque

L’éleuthérocoque est l’équivalent sibérien du ginseng asiatique. Cette plante adaptogène est consommée par l’homme depuis plus de 4000 ans et elle n’a pas fini de livrer tous ses secrets. En effet, ses multiples vertus n’ont cessé d’être révélées au fil des siècles, la rendant de plus en plus populaire.

La Chine connaît l’éleuthérocoque depuis plus de 4000 ans. Cette plante vient originellement de l’Extrême-Orient, et principalement de Sibérie. Elle suscita l’engouement à l’époque, car on disait qu’elle serait source de longévité. Sa capacité à améliorer la santé de celui qui le consomme régulièrement contribue beaucoup à la rendre célèbre. Par ailleurs, on savait déjà à l’époque qu’elle améliorait la mémoire et luttait contre la fatigue, qu’elle soit physique ou intellectuelle.

Les Russes furent les premiers Européens à l’utiliser. Deux scientifiques l’identifient en 1855, mais il faudra attendre les années 50 pour que son usage se répande. Ils recherchèrent une alternative au ginseng qui coûtait très cher à cause de sa surexploitation. De nombreuses études scientifiques en découlent pour en apprendre un peu plus sur l’éleuthérocoque et ses vertus adaptogènes. D’ailleurs, on doit le concept de plantes « adaptogènes » à deux chercheurs russes. Ils mettent en avant dans leurs travaux l’existence de substances « adaptogènes » ayant la capacité de booster les défenses immunitaires de manière générale. Les athlètes russes consommaient de l’éleuthérocoque pour améliorer leurs performances sportives. On remarquait chez eux une meilleure endurance et une résistance physique assez exceptionnelle. Mais la plante fut surtout rendue célèbre par des cosmonautes russes qui vantaient ses mérites.

L’éleuthérocoque est appelé à tort ginseng de Sibérie pour ses propriétés adaptogènes. En effet, elle et le ginseng n’appartiennent pas à la même variété de plantes, mais partagent plusieurs propriétés médicinales.

Concernant la plante en elle-même, il s’agit d’un arbuste élancé pouvant atteindre 2 à 3 m de hauteur, dont les rameaux anciens sont glabres, les nouveaux recouverts de soies fines et lignifiées d’environ 5 mm, dirigées vers le bas. Feuilles palmées constituées de cinq folioles munies d’un pétiole légèrement épineux. Petites fleurs terminales jaunâtres (femelles) ou bleu-violet (mâles ou femelles) réunies en ombelles. Fleurs et fruits rappellant le lierre grimpant.

 

Les bienfaits de l’éleuthérocoque

Plante anti-stress par excellence

 

De nombreuses études ont pu démontrer que l’éleuthérocoque accroît significativement les performances mentales. Si habituellement, la fatigue s’accompagne de stress chez l’homme, les chercheurs ont constaté au cours des essais que les patients légèrement fatigués retrouvaient rapidement leurs forces physiques et mentales grâce à la consommation d’éleuthérocoque. Comme bon nombre de plantes adaptogènes, cette dernière régule l’homéostasie, ce qui fait que l’organisme essaie de maintenant un fonctionnement optimal, quelle que soit la situation.

Selon une étude réalisée en 2004 dans laquelle des souris sont soumises à une épreuve de nage forcée, l’éleuthérocoque freine la production de corticostérone. Cette hormone est naturellement sécrétée par la glande surrénale en réponse au stress nautique. Par ailleurs, au cours de l’expérience, on nota également que l’éleuthéroside E réduit la fatigue chez les souris.

 

Stimulation du système immunitaire

 

L’éleuthérocoque booste nos défenses immunitaires. Elle présente des vertus antivirales à large spectre très intéressantes. Des essais en laboratoire ont révélé que l’extrait liquide de la plante peut inhiber la croissance des rhinovirus humains. Elle stoppe également la prolifération de nombreux virus, comme celui de la grippe A ou du RSV. C’est pourquoi plusieurs médicaments pour traiter la pneumonie en contiennent.

Au Japon, une étude effectuée sur 50 femmes présentant des œdèmes a mis en évidence l’efficacité de l’éleuthérocoque à les réduire rapidement. On remarque en seulement 4 heures des améliorations notables sur les sujettes. Cela suppose que le ginseng de Sibérie stimulerait la fonction lymphatique.

Son action immunostimulante et améliorant l’oxygénation des cellules serait due à la synergie de ses composants.

 

Source d’énergie et de vitalité

 

En tant que plante adaptogène, l’éleuthérocoque optimise les dépenses d’énergie du corps. De manière plus globale, elle aide à améliorer les performances physiques. Les athlètes russes étaient les premiers à profiter de ces capacités adaptogènes physiques avérées. On attribue cette propriété à l’éleuthéroside E qui, durant des tests réalisés sur des souris, les a aidés à prolonger la durée d’activité physique à laquelle elles étaient soumises. Dans la pratique, l’éleuthérocoque peut aider l’homme à maintenir un certain rythme de vie. Mieux encore, des études montrent explicitement qu’elle revitalise et tonifie. On la prescrit généralement à des patients souffrant de fatigue chronique modérée.

 

Pour de meilleures performances intellectuelles et cognitives

 

Beaucoup de recherches ont démontré que l’éleuthérocoque améliore les performances intellectuelles. Elle aiderait l’organisme à maintenir des activités cognitives optimales. Elle stimule par exemple la mémoire. On la recommande aussi pour les personnes ayant du mal à se concentrer pour, a contrario, augmenter leurs facultés d’attention. L’éleuthérocoque est extrêmement efficace pour alléger la fatigue intellectuelle. La plante peut aider en cas de surmenage, durant les périodes d’examen ou de stress intellectuel intense.

 

Composition et posologie de l’éleuthérocoque

Les racines de l’éleuthérocoques renferment des composés phénoliques (lignanes riches en éleuthérosides, syringarésinol, phénylpropanes, syringine, coumarines), saponosides triterpéniques, polysaccharides.

Les éleuthérosides constituent les principales substances actives de l’éleuthérocoque. Ces substances sont à l’origine de ces propriétés adaptogènes. Ils sont très similaires aux ginsénosides que l’on retrouve dans le panax ginseng. On note aussi d’autres excipients intéressants comme des polyphénols, des terpénoïdes, des saponines. L’éleuthérocoque se compose également de nombreux minéraux : potassium, calcium, phosphore, etc.

L’éleuthérocoque est vendue en pharmacie sous forme de gélules, de comprimés ou de poudre. On la retrouve aussi sur le marché préparée comme teinture mère. D’autres vendent les parties de la plante (écorce ou racine) séchées. En règle générale, une cure d’éleuthérocoque inclut la prise quotidienne de 2 ou 3 comprimés, pour une dose variant entre 700 à 1500 mg. Pour une décoction, il faudra laisser infuser 5 g de racine séchée d’éleuthérocoque dans 150 ml d’eau pour ensuite boire 2 tasses par jour. Il est recommandé de ne pas en consommer le soir.

 

Contre-indications et effets secondaires

L’éleuthérocoque est une plante thérapeutique sécuritaire. Les rares effets indésirables qu’elle provoque proviennent de surdose ou d’interactions avec d’autres produits. Par précaution, il est contre-indiqué d’en consommer durant la grossesse et pendant l’allaitement. Il faut éviter d’en consommer avec d’autres excitants naturels comme le café, car la combinaison pourrait entraîner des palpitations et des troubles du sommeil et des maux de tête. Contre-indiqué en cas d’hypertension.

 

Association de l'éleuthérocoque avec d’autres plantes médicinales

L’éleuthérocoque se conjugue très bien avec d’autres plantes adaptogènes et stimulantes. Pour vaincre la fatigue, elle peut être associée avec de l’acérola. Afin de booster la concentration et améliorer les réflexes cognitifs, on peut envisager un usage combiné avec du ginkgo biloba.

 

Comment prendre l'éleuthérocoque

En cas de stress, asthénie, fatigue, baisse de performance et de concentration, prévention des affections virales :
  • En tisane : 1 cuillerée à café de racines par tasse d’eau. Faire bouillir 5 minutes, laisser infuser 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour. Avant les repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
  • En Poudre : 1 cuillerée à café rase dans un peu d’eau, 2 à 3 fois par jour. Avant les repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
  • En teinture : 30 gouttes dans un verre d’eau 2 à 3 fois par jour. Avant les repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
  • En gélules : 2 gélules matin et soir. Avant les repas, jusqu’à amélioration des symptômes.

 

En période ou à l’approche d’examen, de compétition ou d’entrainement sportif intense : 
  • En Poudre : 1 cuillerée à café rase dans un peu d’eau, 2 fois par jour pendant 1 mois avant l’évènement.